samedi 26 juillet 2014

Merde c'est ça qu'on appelle un bilan?



Voilà presque 1 an (arf, déjà, ça passe tellement vite) que je n'ai rien écrit sur ce blog; je me suis dit "aller merde écrit un truc qui va faire chialer tout le monde sur ton année" et puis en fait non je vais simplement faire un bilan bien à l'arrache pour montrer à tout le monde que je suis encore en vie (quoi que...).

L'année 2013/2014 (oui je parle en année scolaire, pauvre étudiante que je suis) a été un peu compliqué au vu de l'année un peu naze que j'ai passé, à m'inscrire dans une matière de la psychologie que je ne peux pas blairer, à courir après un stage qui n'est jamais venu puis au final payer 600 euros pour ne même pas valider cette année... Bon, en somme rien de bien folichon et plutôt déprimant... L'arrivée des mois de juin-juillet a fini par m'achever avec mes (re)postulation en M2, qui ont quand même fini par aboutir, mais qui ne m'ont pas laisser sans mal (vous savez la remise en cause, toussa toussa). Je serais donc en M2 à la rentrée (ouf).

Mais (parce que dans toutes les histoires il y en a un) cette année m'a permis d'avoir plus de temps libre, plus de temps pour moi, pour faire des trucs, pour voir des gens. Et au final j'ai pu faire des choses cette année, que les autres années ne m'ont pas permises, aller voir Flo plusieurs fois, aller au pokemon center, aller à following alice (et même que j'ai vu Aoki Misako!), en fait j'ai passer mon année sur Paris (et dieu sait que ce n'est vraiment pas une ville que j'apprécie) mais pour le coup ça m'a aussi plu de revoir les gens que je ne vois pas souvent (merci la sncf d'appliquer des tarifs généreux envers tes utilisateurs)...
J'espère maintenant pouvoir voguer vers d'autre chose un peu moins connus parce que cette année m'a quand même rendu un peu lasse et je suis pressé de pouvoir tourner la page! So wait and see!


(mais promis je vais refaire des articles sur les BD, films, jeux vidéo et tout prochainement, j'en ai des tonnes à faire!)




Hé mais c'est Aoki Misako!


jeudi 26 décembre 2013

Helter-Skelter, BD & Film


 Voilà, je me mets un coup de pied aux fesses pour faire mon article!
Il va donc concerner Helter-Skelter, la BD de Kyôko Okazaki et le film de Mika Ninagawa.
Je vais d'abord parler de chaque œuvre séparément pour finir par les mettre en parallèle! Je vais essayer de me débrouiller pour écrire quelque chose de cohérent, il y a des œuvres assez compliquée à définir et je pense qu'Helter-Skelter en fait clairement partie (et en plus je vais essayer de ne pas spoiler!).


Helter Skelter, manga de Kyôko Okazaki~
Tout d'abord un petit mot, si vous êtes très attaché au visuel quand vous lisez une BD/manga et que les visuels moches vous bloque, passez votre chemin sur ce manga. C'est moche (et assumé) et spécial. Juste pour prévenir!

Alors, le manga (comme le film) suit la vie de Lilico une mannequin ultra célèbre au Japon qui fait la couverture de tous les magazines. Elle est devenue la femme la plus belle du Japon, seulement sa beauté a été construite sur un mensonge: elle a été entièrement refaite grâce à la chirurgie esthétique. Au fur et à mesure de l'histoire sa chirurgie va lui poser de nombreux soucis et ainsi mettre sa carrière en danger. Voilà pour le pitch global du manga. 

Lilico est une personne très antipathique, la seule chose qui la motive dans la vie est sa carrière et d'arriver au bout de son rêve. Elle manipule les autres très facilement, ce qui a une place omniprésente dans le manga, s'ajoute à cela une place importante pour la sexualité (souvent assez cru). On obtiens donc un mélange assez particulier, souvent cru et sans transition mais qui a le mérite de marquer! 
Lilico peut vite devenir insupportable, elle passe du rire au pleure puis à la colère, on sent d'un bout à l'autre que la fin de son règne au proche. Cependant, et assez bizarrement, on s'attache assez facilement à elle et finalement on n'a pas tellement envie qu'il lui arrive quelque chose. C'est vraiment un point fort du manga, les personnages sont tous bien mis en lumière et on s'attache beaucoup à eux (surtout Lilico et Hada), pas de longueur dans leurs histoires, pas de longueur dans l'histoire principale, tout s'imbrique à la perfection pour nous donner une histoire cohérente. 

J'ai vraiment beaucoup apprécié ce manga car il ne tombe jamais dans la facilité, ça aurait pu être évidant de critiquer tout le monde de la mode, le mannequinat, l'abus qui y sont liés, etc... mais l'auteur n'en fait rien, il reste collé à l'histoire de Lilico et c'est tout (pas de les mannequins c'est toutes des anorexiques et des drogués, ça pu, etc... et heureusement!). Je trouve la fin est très juste, bien dosé et "termine" bien l'histoire de Lilico (c'est presque une happy end auquel on ne s'attendait pas vraiment).
Le manga entier n'est pas a mettre dans toutes les mains mais si les histoires un peu spéciales (à grand renfort de sexe et de drogue XD) vous plaise je pense que vous pouvez essayer de le lire!


Helter-Skelter, film de Mika Ninagawa~
Si il y a une qualité qui ressort immédiatement du film c'est son visuel; ce film est visuellement magnifique (et c'est assez visible dans les oeuvres de Ninagawa en général), je repense facilement à la scène de l'aquarium qui est assez fascinante à regarder (mais aussi la scène de l'hallucination de Lilico sur le plateau télé, digne d'un clip de Kyary)! Donc comme pour d'autres films (et là je pense à Enter the Void en particulier) ça vaut vraiment le détour rien que pour ça!
Le film est un peu longuet (2h avec des passages un peu à vide) mais se regarde néanmoins sans difficulté; la performance de l'actrice principale est, je trouve, assez spectaculaire. Je trouve dommage qu'on ne s'attache pas tellement aux personnages du film (et j'y reviendrais dans la mise en parallèle avec le manga), notamment du personnage de Hada qui pourtant aurait pu être mis un peu plus en avant. 
L'histoire est bien sûre la même que celle du manga, il n'y a donc rien à rajouter dessus.
Ce n'est pas forcément un film qui restera dans les annales, mais j'ai néanmoins passé un très bon moment en le regardant






Manga vs Film~
Je vais surtout mettre le film en parallèle du manga parce que c'est beaucoup plus simple.


Le film colle parfaitement au manga, l'histoire est conservée, seul sont différents des scènes, des noms ou des lieux, malheureusement le format de 2h est un peu court pour y raconter la totalité des scènes (je pense notamment à la rencontre entre la sœur de Lilico et l'inspecteur qui a été totalement zappé dans le film) et c'est dommage parce que je trouve que l'on perd en compréhension (toujours sur cette absence de rencontre, cela rends difficile "la compréhension de la fin" quand l'inspecteur rencontre de nouveau la sœur de Lilico, on ne comprends pas du tout comment ils se sont connu), mais surtout en perd beaucoup en attachement aux personnages. D'abord le film présente très rapidement le caractère de Lilico pour que l'on voit bien à qui nous avons à faire mais le problème c'est qu'on ne comprends pas toujours très bien ses réactions dans le film parce que certaines scènes n'y sont pas présente et pour le coup, je n'ai eu presque aucune sympathie pour la Lilico du film. Il en va de même pour Hada qui est très très présente dans le manga et qui passe un peu à l'as dans le film, je trouve également qu'elle fait un peu plus benêt et j'ai plutôt envie de la taper dans le film ce qui n'est pas le cas dans le manga.
Les scènes de sexe bien qu'assez présente dans le film, sont beaucoup moins hard pour certaines (la scène au Lilico attache Hada en est le bonne exemple) ce qui est bien sûr compréhensible pour ne pas non plus virer vers le porno (le film est déjà interdit au moins de 16ans).
Le regard de Lilico sur la situation (sous forme de voix off en quelque sorte) dans le manga manque cruellement au film ce qui rends certaines scènes moins percutantes (la scène où son mec lui dit qu'il aurait aimé être autre chose par exemple) et c'est dommage, parce qu'une voix off ça ne coute pas grand chose et ça n'aurait probablement pas beaucoup modifié la mise en scène.

Voilà, je serais tenté de dire de lire le manga avant de voir le film (compréhension oblige) mais il est bien possible qu'avoir le manga en tête puisse être un frein pour apprécier à sa juste valeur le film. Donc si ça vous tente, faites comme vous le sentez ;)

samedi 21 décembre 2013

Coordination post~

Je vous mets un petit article avec un florilège de coordinations que j'aime beaucoup. ^^Toutes les photos viennent de tumblr, j'aurais aimé les créditer mais c’est difficile avec tumblr!




 


dimanche 15 décembre 2013

Paris~

Photo kawaii desu copine dans le métro

Oui j'ai un peu de retard pour cet article XD Je voulais le faire dès mon retour mais finalement je n'ai pas trouvé le temps!
Breeeeefff, je suis donc aller un week-end sur Paris début Novembre pour revoir Kamihana que je ne vois pas beaucoup et que je n'avais pas revue depuis janvier é_è J'ai donc squatté son appartement et son hospitalité, toussa toussa!

Je suis donc arrivée le vendredi 1 novembre à midi. J'avais foulé à peine le sol Parisien que je me faisais déjà interpeller sur le pas de la gare "hé mademoiselle t'es trop belle, quand tu vas grandir tu seras une princesse"... Bon oké je ne sais toujours pas quel âge il m'a donné mais je pense qu'il aurait surement été déçu. Donc voilà, je me suis dit que mon week-end parisien commençait bien (et intérieurement je me disais que c'était pas gentil à Flora d'être arrivée en retard XD). Dès l'arrivé de Flora, nous avons foncé à mcdo (où j'ai eu un dracaufeu et une montre my melody, bitch please) et couru juste derrière pour arriver à l'heure à Princess crêpe où nous avions rendez-vous avec Yumi (mais en fait on est arrivé super à la bourre, quasiment 1h...). Malgré le retard nous avons quand même pris une crêpe, la mienne au matcha, très bonne (mais la glace un peu dure). Nous avons par la suite fait quelques magasins, puis nous nous sommes séparés! Avec Flora nous avons fait le tour de Notre-dame, et somme rentrée.


Le samedi comme Flora devait aller à la comédie musicale la belle et la bête, j'ai passé l'après-midi avec Clafoutea et Hanako que je n'avais pas revu depuis janvier non plus! J'ai vraiment passé un après-midi agréable et sans prise de tête. Nous avons vogué dans Paris (et Hanako a dépensé tous son argent en gashapon sailor moon XD). Une fois Hanako partie, nous sommes aller faire un tour avec Clafoutea à anecdotes (aussi pour demander à Rehem si elle voulait manger avec nous!) où nous avons lâchement succombé à la tentation, et ça saymal!
Le soir un repas dans un japonais où j'ai peiné à manger tellement j'avais trop manger le midi (oui je n'ai pas un gros estomac XD).




Short acheté chez Anecdote

Dimanche nous avons passer l'après-midi à la défense avec Flora, shopping toussa toussa. La bonne aprem entre fille quoi XD et je suis repartie le soir très tard!





J'espère pouvoir revenir bientôt pour faire ma grosse touriste (musée, visite, toussa) parce que ça faisait presque 6ans que je n'étais pas venu à Paris en fait!
Voilà c'est un court résumé de ce week-end qui a été sous le signe du streetpass, de la 3DS et de la bouffe (mais ça j'en parle pas tu vois XD).

Flo qui joue à la maison du style
Ma tablette dans le train pleine de poésie: "fuck la police la france de sarko fils de pute"
Le métro art et métiers qui est cool tu vois!

vendredi 13 septembre 2013

Jeux vidéo: Catherine

Me revoilà mon un deuxième article, c'est donc partie pour les jeux vidéo, avec Catherine (joué sur PS3).




Synopsis (volé à mon amis wikipédia, un peu modifié par moi 8D):

Dans le quartier où vit Vincent Brooks, il y eut récemment un certain nombre d'incidents dans lesquels des gens meurent durant leur sommeil avec une expression d'angoisse sur leur visage. Étrangement, toutes les victimes sont de jeunes hommes. Les médias s’intéressent rapidement à l’affaire, attirant l'attention du public et des théories quant à la cause de leur mort. Une rumeur commence à se répandre, elle prétend que si une personne rêve qu’elle tombe elle doit se réveiller rapidement, sinon elle en sera bientôt incapable et mourra.

Le jeu prend place quand Katherine McBride, commence à parler à Vincent d'engagement plus sérieux, aka mariage, Vincent se met alors à paniquer. 
À partir de cet événement, Vincent commence à faire d'étranges cauchemars où il risque sa vie. Avec ces cauchemars mortels et l'angoisse du mariage, Vincent finit par boire un peu trop pour oublier. Il rencontre une belle et mystérieuse femme nommée Catherine, puis passent la nuit ensemble.
Après cette rencontre, Vincent a des cauchemars plus terribles chaque nuit, qui pourraient bien avoir un lien avec les derniers incidents. Dans ces rêves, lui et plusieurs autres hommes, qui lui apparaissent sous la forme de moutons, doivent échapper à diverses horreurs qui tentent de les tuer. Leur mort dans leur rêve provoquera leur mort dans la réalité. Alors que la frontière entre le monde des songes et la réalité commence à se dissiper, Vincent ne doit pas seulement lutter pour sa survie, mais aussi faire son choix entre Katherine et Catherine.
 




Le jeu:

Catherine est à la base catégorisé comme un ero-game (interdit au moins 18ans), mais disons que ça tiens plus du jeu d’aventure pour adulte. Il se déroule en 3 phases principales: les cinématiques animés (assez longues donc si vous n'êtes pas trop visual novel sachez le), les phases de jeu dans le bar (le Stray sheep) et les cauchemars. Dans les 2 dernières vous serez amené à faire des choix qui influenceront une jauge de bien et de mal pour influer sur la fin du jeu (il y a 8 fins déblocables), donc si on a envie de voir toutes les fins du jeu on a plutôt intérêt à faire gaffe à ce qu'on réponds. 
Dans vos escapades au Stray Sheep vous pourrez interagir avec tous les personnages secondaires du jeu, en savoir plus sur leurs états d'âme et leur situation. Vous pourrez également jouer sur une borne d'arcade, aller vous ressourcer au toilette, envoyer et recevoir des e-mails (vous allez aimer les e-mails de Catherine 8D), etc...

La partie des cauchemars est le gameplay principal du jeu, il s'agit d'un puzzle game où il faut pousser, tirer des blocs afin d'atteindre le haut de l'édifice (et ainsi se réveiller le lendemain matin) sans chuter sous peine de mourir écrabouillé en bas 8D. Assez simple en apparence mais on peut vite se retrouver bloquer et se chopper une bonne migraine à essayer d'atteindre la cloche tout en haut, ahah! Vous aurez bien sûr de petite surprise au fur et à mesure de votre progression: boss, objets, ennemis, blocs spéciaux, et surtout vos meilleurs amis les check point!




Et alors?:

Catherine est l'un de ces jeux ovnis qu'on doit voir passer tout les 10ans, ce genre de jeu totalement WTF-esque mais qui vous scotches devant la télé, le cul visé sur votre canapé! Un jeu trop cool en somme!
On vit au travers de Vincent, on en chie, on pleure, on cri avec lui et ça c'est le point fort du jeu!
Mais comme c'est un peu le moment où je donne mon avis, je vais le découper en plusieurs parties!

 1- Les musiques:
L'OST de Catherine est vraiment géniale, variés et un peu inattendu. La plus part des musiques de la phase cauchemars sont des musiques "classique" remixé à la sauce japonaise, on y retrouve Chopin, Bach, Beethoveen, etc... ça surprend mais en même temps ça colle parfaitement au phase de jeu et les musiques sont très entrainante (et reste dans la têteeeee).
Les autres musiques sont signées Shoji Meguro (qui compose les musiques pour Persona également) et sont toutes exellentes également.
Je trouve que la musique est un des gros plus du jeu. Je vous laisse ma musique préféré du jeu en vidéo!
Un petit mot sur les doublage anglais qui sont très bon, je n'ai pas gouté à la VO mais je m'y risquerais p-e!



2- La difficulté
Parce que oui, on a beau dire Catherine c'est difficile, le nerf sont mis à rude épreuves certains puzzles vous donnes envie de sauter par la fenêtre, de balancer la console à travers la pièce voir même de tuer des gens... mais ça, c'est trop cool, on aime le challenge, on en chie autant que Vincent et très honnêtement c'est ça qui est bon!

3- L'histoire
L'histoire parait simple, une banale histoire d'adultère sur fond de malédiction un peu bizarre, mais on s'accroche assez vite à tous les personnages principaux comme secondaire, on aime en savoir un peu plus sur leur vie, sur les raisons de leur situation, etc... Il n'y en a pas un qui est inintéressant.
Très honnêtement, je ne pensais pas être autant happé dans la vie de Vincent et de me sentir coupable à sa place quand il se tape la petite Catherine, d'être stressé quand Katherine vient lui parler de certaines choses, etc...
Ce jeu est vraiment ultra prenant et on s’intéresse à tout; l'univers graphique est ultra riche. Le côté visual novel (assumé) ne m'a pas déranger et ça ne m'a posé aucun problème de regarder des cinématiques de 30min tellement j'étais aspiré par le jeu!
Bref voilà, une histoire qui parait bien simple mais qui cache un univers riches, des personnages attachants et une ambiance singulière!

4- Les thèmes abordés
Là c'est le moment où je pars en cacahouète avec des interprétations (pas si) fumeuses.
 Parce que oui, derrière tout ça, Catherine évoque bien des thèmes. Le 1er qui est assez flagrant est le thème de la religion car en effet on retrouve un confessionnal à chaque mi-étage (où un démon vous pose des questions générales sur votre façon de voir les choses et la vie), le thème "Messiah Hallelujah" à chaque fin d'étage, le dernier étage à atteindre est une chapelle. Sans y voir une critique ouverte à la religion, j'y vois un petit pique quand même, car l'univers développé autour n'est pas vraiment celui de la religion aimante et aidante mais plutôt de celle qui juge les actes et les réprimandes.

Le passage à la vie d'adulte est un thème très présent dans Catherine, car en effet Vincent le héros est constamment ramené à ça, aux choix qu'il doit faire "est-ce que je dois demander Katherine en mariage", "est-ce que je dois vivre avec elle et abandonner ma vie actuelle", etc... On n'y voit la pression, qu'un individu qui a envie de rester dans son mode de vie actuelle, peut subir au travers des attentes qu'à la société sur lui et mine de rien on se sent tourmenter pour lui, ce jeune trentenaire qui vit dans un 9m² et qui n'a pas vraiment envie de grandir...

Je vais faire un petit détour par la psychanalyse (simplifié, ce n'est pas mon domaine d'action principale), avec mon ami Jung puisque ici on peut y voir un petit combat entre la persona (fun c'est le nom d'un autre jeu d'Atlus 8D) et l'ombre de la personnalité de Vincent, ainsi c'est l'ombre (la véritable personnalité de Vincent qu'il n'a pas forcément envie d'accepté et qu'il refoule) de Vincent qui vient le torturer tout les soirs dans ces cauchemars, en particulier sous la forme prise par les boss. Et ouai, j'ai trouver de la psychanalyse dans ce jeu, like a boss!


Bref, très honnêtement je ne m'étais pas autant éclaté sur un jeu depuis très très trèèèèssss longtemps pour moi ce jeu vaut largement la note maximale (malgré des problèmes de prise en main au début) et j'espère que vous y jouerez très vite, même si effectivement c'est un jeu qui ne plaira pas à tout le monde!


vendredi 6 septembre 2013

Smash & The Golden age

Comme ce blog a été laissé à l'abandon pendant plusieurs mois (et en fait je n'ai pas tellement envie de parler de ce qui s'est passé pendant ce laps de temps...), du coup j'ai décidé de le reprendre avec quelques "critiques" de chose diverses et variées que j'ai apprécié (ou non) ces derniers mois!
Je commence par la musique mais suivront films et jeux vidéos sous peu, et d'autres encore!



Comme je voulais commencer par quelque chose de léger j'ai décidé de commencer par la musique et donc présenter les 2 derniers albums que j'ai écouté en boucle (à des périodes différentes).
On va commencer par celui qui risque de moins intéressé les gens qui lisent ce blog (quoi qu'on sait jamais XD), à savoir l'album Smash de Martin Solveig.


Je ne suis pas spécialement fan de tous les DJ à la mode de cette planète (voir même pas du tout XD), mais au milieu de tout ça, je trouve que Martin Solveig a un son plutôt unique (déjà c'est lui qui chante, pour un DJ c'est pas mal XD) et assez proche des sonorités que je trouve dans certaines autres musique que j'écoute d'habitude.
En fait j'ai commencé à écouter cet album parce que la chanson Hello (la plus connue de l'album) m'était resté dans la tête (merci la visite au Futuroscope), du coup je me suis dit quitte à écouter autant découvrir tout l'album par la même occasion.
J'ai écouté cet album en boucle sans pouvoir m'en décrocher pendant plusieurs semaines, sérieusement je ne m'attendais pas a être autant scotché par ce genre de musique. C'est vraiment le genre de musique qui te remettent sur pied ou qui te réveillent, c'est énergique, cool et ça donne envie de bouger, c'est frais quoi! Vraiment. J'aime également beaucoup Dragonette (groupe canadien) qui participe à cet album, ça m'a permis de découvrir leur travail (mais ça mériterait que je m'y penche beaucoup plus). D'ailleurs toutes les musiques en featuring avec eux sont justes génialissimes (j'aime tout particulièrement boys & girls).
Au fur et a mesure de l'album je me disais, mais sérieux cette album je suis persuadé qu'il marche au Japon et ça m'a fait beaucoup rire d'arriver à la chanson "Big in Japan" qui est un featuring avec des idoles (Idoling); je me suis dit "j'avais raison!" ahah. Je retrouve beaucoup de sonorité qui sont dans certaines pop-electro japonaise, alors je pense que si on est familier avec ce genre de musique l'album de Martin Solveig risque de nous convenir!
N'hésitez pas à au moins écouter un peu (il y a bien sûr des chansons moins bonnes sur l'abum!).









The Golden age (de Woodkid) est le second album dont je voulais parler. Je l'ai écouté plus récemment que le précédent.
Woodkid est un artiste français (bon on va éviter la longue liste de chose qu'il fait), ce qui nous intéresse ici sa musique (dont il réalise les clips). Woodkid, on a du mal a passé à côté, son album a été beaucoup médiatisé (par exemple sa chanson Iron à servie de musique pour la publicité de Assasin's creed) et je pense que certains ont forcément entendu parler de lui sans forcément écouter.
Breeeff, Woodkid c'est un peu un coup de cœur musical en fait! A la 1ère écoute je me suis dit, "ouai c'est pas mal mais sans plus, y'a pas mal de musique qui se ressemblent". Et j'ai continué à écouter (juste parce que Conquest of Space est une musique absolument géniale, dès la 1ère écoute) et plus j'écoutais plus certaines musiques me plaisaient, plus je suis devenue absolument fan de l'album en entier et des sonorités, de la voix, de tout.
C'est clairement de la musique graphique, on visualise des tonnes de truc en écoutant les chansons, c'est beau, fin et mélancolique à la fois, ça colle des frissons partout et ça vous clou au sol, voilà è_é. J'ai rarement été aussi vite conquise par un album et je suis vraiment accros à certaines des musiques de l'album, conquest of space bien sûre, mais I love you également (dont je vous mets le clip, l'Islande c’est beauuuuu!).
J'ai du mal à mettre des mots autre que "c'est trop cool, pitié écoutez cet album" sur mon avis en fait, je suis consciente que c'est le genre de musique qui ne va pas forcément plaire à tout le monde (bien que l'album soit encensé de partout) mais je pense que ça vaut quand même clairement le détour (et c'est la preuve qu'il reste encore 2, 3 artistes en France XD).




Bonne écoute & A bientôt! 









samedi 11 mai 2013

Higuchi Yuko~❤



Higuchi Yuko est une artiste japonaise, peintre, illustratrice, elle design également des prints pour certaines marques de vêtement (Emily temple cute, Sanrio...). On peut également trouver ses illustrations sur une petite gamme de vêtements qui sont vendu dans quelques magasins à Tokyo.
Elle poste également de très nombreuses photos de son chat (qui a l'air d'être une très grande source d'inspiration pour elle!).

Ces dessins sont très souvent en rapport direct avec la nature et les animaux, l'imaginaire développé est assez vaste et les thèmes sont variés (cirque, Alice aux pays des merveilles, musique...).
Ce que j'aime tout particulièrement chez Higuchi Yuko se sont ses illustrations d'animaux anthropomorphique. J'ai toujours été fasciné par ce genre de thème et l'anthropomorphisme chez les animaux reste toujours un thème à la frontière du mignon et du "creepy", ce qui correspond assez à mes goûts en général.
Je voue également un culte à tous les vêtements dont elle a fait les print pour Emily Temple Cute (la Rabbit Ballerina étant très largement en tête).
J'avais envie de la faire découvrir à ceux et celles qui ne la connaissent pas encore!

Pour trouver Higuchi Yuko:
FB: https://www.facebook.com/burnetmoth
Tumblr: http://higuchiyuko.tumblr.com/
Twitter: https://twitter.com/nekonoboris
Art Metter: http://en.art-meter.com/profile/?UserID=004545





Higuchi Yuko is a Japanese artist, painter, illustrator, she also design prints for certain brands of clothing (Emily Temple cute, Sanrio ...). You can also find her illustrations on a small range of clothing that is sold in some stores in Tokyo. 
She also post many pictures of her cat (who looks to be a great source of inspiration for her!).

These designs are often directly related to the nature and animals, imaginary developed is quite extensive and themes are varied (circus, Alice in Wonderland, music ...).

What I particularly like in Higuchi Yuko works are his illustrations of anthropomorphic animals. I've always been fascinated by this kind of theme and anthropomorphic animals remains a topic on the border of cute and "creepy", which is enough for my tastes in general.

I also worships all the prints she made for Emily Temple Cute (especially Rabbit Ballerina).

I wanted to show her works to those who do not yet know!


Higuchi Yuko on: 

FB: https://www.facebook.com/burnetmoth 
Tumblr: http://higuchiyuko.tumblr.com/ 
Twitter: https://twitter.com/nekonoboris 
Art Metter http://en.art-meter.com/profile/?UserID=004545